Blog

Comment obtenir et préparer un entretien quand on est en reconversion ?

entretien-reconversion

Trouver une offre d’emploi qui vous intéresse et y répondre est certainement une première étape importante, mais comment faire, si vous avez un profil atypique, pour décrocher un entretien et s’y préparer ? Comment présenter votre parcours si vous êtes en reconversion ?

Nous interviewons régulièrement sur http://www.monjobideal.com/ des personnes ayant réorienté leur carrière professionnelle, et nous en tirons toujours des enseignements intéressants.

Quelques idées simples peuvent vous aider à trouver l’équilibre qui pourrait faire de votre candidature une évidence. Un équilibre entre ce que vous savez, ce que vous êtes déterminés à accomplir et ce qui vous reste à apprendre.

Dotée d’une expérience même si elle est différente

Si vous êtes en reconversion, vous avez plusieurs atouts… et l’un d’eux c’est votre précédente expérience. Vous pourriez penser que cela n’a rien à voir avec ce que vous visez, mais encore faut-il ne pas penser qu’en terme de compétences techniques. Les qualités personnelles démontrées dans votre précédente activité peuvent s’avérer des atouts dans le nouveau poste visé.

Sur notre site Mon Job Idéal, nous avons fait la connaissance, en Mai 2016, d’Anaïs (http://monjobideal.com/anais-communication-corporate-a-enfantine/), ancienne responsable de communication digitale, qui travaille à présent dans l’éducation alternative. Elle nous a expliqué comment elle a su utiliser ses compétences précédemment acquises pour mener à bien sa recherche d’emploi, dans un premier temps pour décrocher un entretien.

Anaïs : « Donc j’ai commencé à écrire des méga lettres de motivation, en candidature spontanée ou réponse à annonce. Ce n’était vraiment pas la lettre lambda, j’y racontais tout mon parcours, je me positionnais par rapport à ma vision de l’éducation, à ce que je pouvais leur apporter, et ce que j’avais envie de faire avec eux. […] Mon expérience professionnelle précédente m’a aidée. Le fait de savoir se vendre, de savoir écrire, d’être à l’aise avec les mots, c’était un avantage. Et ça a marché, donc j’ai eu des entretiens.

Le fait de pouvoir, par la suite, durant l’entretien, illustrer ces qualités par des exemples réels pris dans la vie professionnelle est bien plus éloquent que de réciter une liste à la Prévert dont on sait qu’elle ne marquera pas l’esprit du recruteur.

 

Riche d’une motivation qui peut faire la différence

De plus en plus d’entreprises se soucient du niveau d’engagement de leurs collaborateurs pour la simple et bonne raison que ce même engagement est directement corrélé au niveau de performance. Or la plupart des personnes qui se reconvertissent le font d’abord pour faire quelque chose qui leur plaît, qui les motive plus que ne les motivait leur précédente activité. On peut donc suspecter que leur engagement dans le nouveau poste sera bien supérieur à la moyenne.

Les autres postulants ne sont-ils pas motivés ? Si, sans aucun doute. Mais en vous engageant dans le chemin parfois tortueux de la reconversion, vous avez démontré une première fois la preuve de votre motivation. Et en menant votre projet à son terme (ce qui est sans doute le cas si vous êtes interviewé pour décrocher un poste dans le nouveau métier qui vous intéresse), vous confirmez votre détermination.

Anaïs, pour décrocher ce fameux entretien qui l’a menée à son travail actuel, a su faire preuve de persévérance: « C’était suite à une annonce à laquelle j’avais répondu, mais ils ne m’avaient jamais rappelée. Deux mois après, je les ai relancés. Je les ai un peu harcelés, en insistant sur ma motivation. Je me souviens leur avoir écrit « Est-ce que vous avez bien lu ma lettre de motivation ? ». J’avoue que c’était un peu au culot. Mais ils m’ont appelée le lendemain. »

Une reconversion est rarement un long fleuve tranquille. Si vous avez des exemples d’obstacles qui sont présentés sur votre route et que vous avez su dépasser, n’hésitez pas à les utiliser pour illustrer votre persévérance.

 

Humble par rapport à ce qu’il vous reste à apprendre

Est-ce à dire qu’il suffit d’arriver en entretien comme si l’on était en terrain conquis ? Certainement pas ! Se remettre dans la posture de celui qui est là pour apprendre c’est rassurer le recruteur quant à l’humilité requise pour appréhender le nouveau poste.

Anaïs se souvient : « Après chaque entretien, je m’analysais, je les rappelais pour leur demander ce qu’ils en avaient pensé. Je sais pourquoi je n’ai pas été prise avant, mise à part mon expérience et mon diplôme. Je me suis trop vendue et donc je n’ai pas été assez dans la retenue et dans l’écoute. C’est normal, je n’étais pas en confiance, donc j’ai eu tendance à tout donner. À cet entretien, avec l’école, j’ai su mieux me positionner par rapport au poste et à ce que je pouvais apporter, en étant dans une démarche d’apprentissage et d’écoute. On étaient nombreux, pour ce poste d’assistante éducative, mais je l’ai obtenu. »

Minimiser la part de ce qui reste mal maîtrisé pourrait inquiéter le recruteur alors même que vous cherchez à le tranquilliser. Être conscient de ses forces mais aussi de ce qui reste à améliorer permettra à votre futur employeur de vous placer dans le bon environnement pour vous permettre de réussir.

On peut imaginer cette configuration pour quelqu’un à qui il reste à apprendre mais qui dispose du bon état d’esprit et des qualités personnelles. Si au contraire le potentiel employeur craint que vous pensiez tout savoir, il risque simplement de renoncer à vous donner votre chance.

Anaïs, pour rester sur son exemple, lorsqu’elle a obtenu le poste qu’elle convoitait, nous explique : « C’est très riche en apprentissage, pour moi. Je travaille avec une prof et je l’assiste sur tous les domaines pédagogiques de l’enfant, donc l’enseignement, l’éveil,… avec des enfants de 3-4 ans. »

Ce à quoi elle rajoute « J’ai envie de progresser, et d’avoir un poste avec plus de pédagogie. Là j’ai un contrat d’un an, qui est renouvelable une fois, donc on va déjà laisser passer cette année. En parallèle, je vais passer le concours pour être éducatrice spécialisée, à l’IRTS(4). Ça serait dans le but d’obtenir un poste avec plus de responsabilité, soit enseigner, soit avoir une cellule où j’aurais plus de pouvoir sur la mise en place d’une pédagogie. Pour le moment, ce n’est pas moi qui prend les décisions, je les applique, mais ça me permet aussi d’apprendre. »

 

Anaïs n’est pas un cas isolé, bien au contraire, retrouvez sur http://monjobideal.com/interviews/ plus d’une vingtaine d’interviews de personnes reconverties, aux parcours riches en enseignement.

La clé de la réussite réside sans doute dans un dosage subtil entre la confiance acquise grâce à votre expérience même si elle n’est pas comparable au premier abord avec le poste visé, la motivation comme un source d’énergie abondante et la volonté de compléter votre apprentissage en pratiquant votre nouveau métier.

N’oubliez pas que si vous êtes invités en entretien, c’est que votre profil intéresse. Vous ne quémandez pas un poste, vous avez une expérience à proposer, et même si vous devez être conscient d’avoir plus à apprendre qu’une personne qui aurait construit sa carrière dans ce seul métier, sachez valoriser votre motivation, celle que vous avez aujourd’hui et dont vous avez fait la preuve en choisissant de vous reconvertir.

2 commentaires à cet article

  •  :  bonjour voila je suis technicien informatique je veux faire une reconversion dans le secteur de l installation sanitaire et climatique C'est J ai déjà les ecole qui peuvent m accueillir pour le mois de septembre pouvez vous me donné un coup de main pour recherche une entreprise Cordialement Boris
    •  :  Bonjour Boris, Pourriez-vous préciser votre demande? Vous recherchez quel type d'entreprise (petite, grande)? Pour quelle période? Dans quel région? Cordialement, Le modérateur

Laisser un commentaire