Catégories (Archives) : Conseils entretien

Comment obtenir et préparer un entretien quand on est en reconversion ?

entretien-reconversion

Trouver une offre d’emploi qui vous intéresse et y répondre est certainement une première étape importante, mais comment faire, si vous avez un profil atypique, pour décrocher un entretien et s’y préparer ? Comment présenter votre parcours si vous êtes en reconversion ?

Nous interviewons régulièrement sur http://www.monjobideal.com/ des personnes ayant réorienté leur carrière professionnelle, et nous en tirons toujours des enseignements intéressants.

Quelques idées simples peuvent vous aider à trouver l’équilibre qui pourrait faire de votre candidature une évidence. Un équilibre entre ce que vous savez, ce que vous êtes déterminés à accomplir et ce qui vous reste à apprendre.

Dotée d’une expérience même si elle est différente

Si vous êtes en reconversion, vous avez plusieurs atouts… et l’un d’eux c’est votre précédente expérience. Vous pourriez penser que cela n’a rien à voir avec ce que vous visez, mais encore faut-il ne pas penser qu’en terme de compétences techniques. Les qualités personnelles démontrées dans votre précédente activité peuvent s’avérer des atouts dans le nouveau poste visé.

Sur notre site Mon Job Idéal, nous avons fait la connaissance, en Mai 2016, d’Anaïs (http://monjobideal.com/anais-communication-corporate-a-enfantine/), ancienne responsable de communication digitale, qui travaille à présent dans l’éducation alternative. Elle nous a expliqué comment elle a su utiliser ses compétences précédemment acquises pour mener à bien sa recherche d’emploi, dans un premier temps pour décrocher un entretien.

Anaïs : « Donc j’ai commencé à écrire des méga lettres de motivation, en candidature spontanée ou réponse à annonce. Ce n’était vraiment pas la lettre lambda, j’y racontais tout mon parcours, je me positionnais par rapport à ma vision de l’éducation, à ce que je pouvais leur apporter, et ce que j’avais envie de faire avec eux. […] Mon expérience professionnelle précédente m’a aidée. Le fait de savoir se vendre, de savoir écrire, d’être à l’aise avec les mots, c’était un avantage. Et ça a marché, donc j’ai eu des entretiens.

Le fait de pouvoir, par la suite, durant l’entretien, illustrer ces qualités par des exemples réels pris dans la vie professionnelle est bien plus éloquent que de réciter une liste à la Prévert dont on sait qu’elle ne marquera pas l’esprit du recruteur.

 

Riche d’une motivation qui peut faire la différence

De plus en plus d’entreprises se soucient du niveau d’engagement de leurs collaborateurs pour la simple et bonne raison que ce même engagement est directement corrélé au niveau de performance. Or la plupart des personnes qui se reconvertissent le font d’abord pour faire quelque chose qui leur plaît, qui les motive plus que ne les motivait leur précédente activité. On peut donc suspecter que leur engagement dans le nouveau poste sera bien supérieur à la moyenne.

Les autres postulants ne sont-ils pas motivés ? Si, sans aucun doute. Mais en vous engageant dans le chemin parfois tortueux de la reconversion, vous avez démontré une première fois la preuve de votre motivation. Et en menant votre projet à son terme (ce qui est sans doute le cas si vous êtes interviewé pour décrocher un poste dans le nouveau métier qui vous intéresse), vous confirmez votre détermination.

Anaïs, pour décrocher ce fameux entretien qui l’a menée à son travail actuel, a su faire preuve de persévérance: « C’était suite à une annonce à laquelle j’avais répondu, mais ils ne m’avaient jamais rappelée. Deux mois après, je les ai relancés. Je les ai un peu harcelés, en insistant sur ma motivation. Je me souviens leur avoir écrit « Est-ce que vous avez bien lu ma lettre de motivation ? ». J’avoue que c’était un peu au culot. Mais ils m’ont appelée le lendemain. »

Une reconversion est rarement un long fleuve tranquille. Si vous avez des exemples d’obstacles qui sont présentés sur votre route et que vous avez su dépasser, n’hésitez pas à les utiliser pour illustrer votre persévérance.

 

Humble par rapport à ce qu’il vous reste à apprendre

Est-ce à dire qu’il suffit d’arriver en entretien comme si l’on était en terrain conquis ? Certainement pas ! Se remettre dans la posture de celui qui est là pour apprendre c’est rassurer le recruteur quant à l’humilité requise pour appréhender le nouveau poste.

Anaïs se souvient : « Après chaque entretien, je m’analysais, je les rappelais pour leur demander ce qu’ils en avaient pensé. Je sais pourquoi je n’ai pas été prise avant, mise à part mon expérience et mon diplôme. Je me suis trop vendue et donc je n’ai pas été assez dans la retenue et dans l’écoute. C’est normal, je n’étais pas en confiance, donc j’ai eu tendance à tout donner. À cet entretien, avec l’école, j’ai su mieux me positionner par rapport au poste et à ce que je pouvais apporter, en étant dans une démarche d’apprentissage et d’écoute. On étaient nombreux, pour ce poste d’assistante éducative, mais je l’ai obtenu. »

Minimiser la part de ce qui reste mal maîtrisé pourrait inquiéter le recruteur alors même que vous cherchez à le tranquilliser. Être conscient de ses forces mais aussi de ce qui reste à améliorer permettra à votre futur employeur de vous placer dans le bon environnement pour vous permettre de réussir.

On peut imaginer cette configuration pour quelqu’un à qui il reste à apprendre mais qui dispose du bon état d’esprit et des qualités personnelles. Si au contraire le potentiel employeur craint que vous pensiez tout savoir, il risque simplement de renoncer à vous donner votre chance.

Anaïs, pour rester sur son exemple, lorsqu’elle a obtenu le poste qu’elle convoitait, nous explique : « C’est très riche en apprentissage, pour moi. Je travaille avec une prof et je l’assiste sur tous les domaines pédagogiques de l’enfant, donc l’enseignement, l’éveil,… avec des enfants de 3-4 ans. »

Ce à quoi elle rajoute « J’ai envie de progresser, et d’avoir un poste avec plus de pédagogie. Là j’ai un contrat d’un an, qui est renouvelable une fois, donc on va déjà laisser passer cette année. En parallèle, je vais passer le concours pour être éducatrice spécialisée, à l’IRTS(4). Ça serait dans le but d’obtenir un poste avec plus de responsabilité, soit enseigner, soit avoir une cellule où j’aurais plus de pouvoir sur la mise en place d’une pédagogie. Pour le moment, ce n’est pas moi qui prend les décisions, je les applique, mais ça me permet aussi d’apprendre. »

 

Anaïs n’est pas un cas isolé, bien au contraire, retrouvez sur http://monjobideal.com/interviews/ plus d’une vingtaine d’interviews de personnes reconverties, aux parcours riches en enseignement.

La clé de la réussite réside sans doute dans un dosage subtil entre la confiance acquise grâce à votre expérience même si elle n’est pas comparable au premier abord avec le poste visé, la motivation comme un source d’énergie abondante et la volonté de compléter votre apprentissage en pratiquant votre nouveau métier.

N’oubliez pas que si vous êtes invités en entretien, c’est que votre profil intéresse. Vous ne quémandez pas un poste, vous avez une expérience à proposer, et même si vous devez être conscient d’avoir plus à apprendre qu’une personne qui aurait construit sa carrière dans ce seul métier, sachez valoriser votre motivation, celle que vous avez aujourd’hui et dont vous avez fait la preuve en choisissant de vous reconvertir.



4 questions inévitables en entretien d’embauche

Le jour J arrive, vous avez votre entretien d’embauche pour décrocher le job de vos rêves dans quelques heures. Êtes-vous bien préparé ? Avez-vous travaillé toutes les questions possibles et inimaginables qu’un recruteur peut vous poser ?

lecoindusalarieCes questions inévitables en entretien d’embauche.
Bien sûr les questions différent d’un recruteur à un autre et ne sont pas les mêmes selon les qualités recherchées sur tel ou tel poste et suivant le type d’entreprise. Cependant il y a sensiblement des questions communes et incontournables à tous les entretiens d’embauche. En voici 4 exemples ci-dessous.
Pouvez-vous vous présenter ?
Vous pourrez difficilement y échapper. De manière générale, c’est la première question que votre interlocuteur vous pose.  Posez-vous les bonnes questions : quelles sont mes qualités professionnelles mais aussi personnelles ? Quel est le métier que je souhaite effectuer ? Quelles sont mes qualités ? Mes défauts ? Où serai-je dans dix ans ? L’idée est donc de réunir toutes les informations nécessaires qui vous concerne mais qui concernent également le poste pour lequel vous avez postuler. En effet, il est important que vous mettiez en avant les compétences utiles à votre recruteur.
Exemple : si vous postulez pour un emploi de commerçant, inutile de lui préciser que vous êtes un(e) grande(e) timide.
Un bon entretien est donc un entretien qui se prépare en amont.
Vos qualités ? Vos défauts ?
Question très fréquemment posée en entretien et qui peut être source de stress si elle n’a pas été préparée en avance. Il n’est jamais évident de s’auto-juger et de s’administrer seul(e) des qualités ou des défauts, il faut donc être capable de prendre du recul sur soi et bien identifier les points à travailler afin d’en faire des forces. Demandez l’avis à votre famille et à vos amis, ils pourront ainsi vous aiguillier et mieux vous orienter sur cette question.
La règle majeure en la matière est celle-ci : ne jamais prononcer un défaut qui pourrait être incompatible avec l’emploi pour lequel vous passez l’entretien d’embauche. Par exemple, si vous postulez pour un emploi qui nécessite de l’autorité (exemple : manager), ne dites pas à votre recruteur que vous êtes quelqu’un qui impose difficilement ses choix et ses décisions. Cela vous discréditera sur le champ.
Quel poste avez-vous le moins apprécié ? Pourquoi ?
Cette question est souvent posée et permet à votre interlocuteur de comprendre vos attentes mais aussi vos points faibles. Pourquoi n’avez-vous pas apprécié ce poste ? Etait-il trop dur ? Hors de vos compétences ? Dans tous les cas n’oubliez pas, il ne faut jamais critiquer un ancien employeur que ce soit sur ses qualités professionnelles ou personnelles.
Une attitude désinvolte à l’égard de votre ancien employeur pourrait créer un sentiment de méfiance de la part de votre recruteur. Il pourrait légitimement se demander si, vous oseriez parler comme cela de son entreprise ou de lui, si un jour vous veniez à la quitter.
Pourquoi notre entreprise ?
Cette question est posée lors de la quasi-totalité des entretiens et mieux vaut y être préparé. « Pourquoi postulez-vous dans notre entreprise ? Pourquoi notre service ? Que connaissez-vous de notre entreprise ? Que pensez-vous pouvoir nous apporter ? ».
Un conseil, avant d’aller à votre entretien d’embauche, épluchez (si elle en a un) le site internet de la société en question. Demandez autour de vous si des gens la connaisse, ce qu’ils peuvent vous en dire etc… Toutes les informations sont bonnes à prendre afin d’être préparé au mieux pour le jour J.
La conclusion sur ces demandes incontournables.
Ces questions sont récurrentes et il est nécessaire que vos réponses s’accompagnent d’exemples afin de mieux illustrer vos dires.Un bon entretien d’embauche est un entretien préparé.

Entretien autodidacte: nos conseils

entretien autodidacte

Passer un entretien d’embauche lorsque l’on est autodidacte peut être délicat si le candidat n’est pas préparé aux attentes du recruteur en face de lui. Etre motivé et persuasif est essentiel mais il faut également rassurer le recruteur sur les craintes liées à votre profil autodidacte. Ci-dessous le mode d’emploi d’un entretien autodidacte.

Il est possible de distinguer 2 types de candidats autodidactes qui, lors de l’entretien d’embauche, devront rassurer le recruteur sur des points différents.

Un candidat autodidacte qui n’a pas de diplôme doit être capable de démontrer qu’il a malgré tout une capacité d’apprentissage. Lorsqu’un nouveau salarié est intégré dans une entreprise il doit apprendre de nouvelles tâches, à s’adapter dans une organisation et doit connaitre les procédures propres à chaque entreprise. Un diplôme supérieur rassure l’employeur sur cette capacité d’adaptation et d’apprentissage. Lors de l’entretien d’embauche un candidat sans diplôme doit donc mettre en avant comment il a su s’intégrer lors de précédentes expériences ou même dans la vie associative et ce qu’il a pu apporter à sa précédente entreprise grâce à sa réflexion personnelle.

Un candidat autodidacte avec un diplôme autre que dans le domaine recherché aura donc moins de choses à mettre en avant sur cette partie.

 

Quels sont les points à mettre en avant durant l’entretien ?

  • Mettre en avant les résultats concrets obtenus: le but d’un entretien d’embauche est de déterminer votre capacité à atteindre les résultats demandés. Détaillez les résultats déjà obtenus dans le passé lors de votre entretien autodidacte.
  • Aborder les différentes formations suivies. Ce que recherche le recruteur dans un diplôme c’est la validation d’un savoir. Une formation non diplômante doit être évoquée et vous devez mettre en avant ce qu’elle vous a apporté.
  • L’auto-formation est un point essentiel: acquérir des compétences par vous-même est une preuve de volonté et de capacité à se dépasser. L’annonce d’emploi demande la maîtrise d’un logiciel que vous avez appris à maîtriser seul ? C’est un excellent point à mettre en avant.
  • Votre volonté: vous n’avez pas d’expérience dans le poste demandé ? Cela n’est pas forcément un frein à l’embauche si vous avez assez d’arguments justifiant que votre manque d’expérience n’est pas un frein à votre réussite au poste à pourvoir. C’est le moment de mettre en avant votre motivation, ce qui vous pousse à vouloir réussir, les raisons de votre reconversion, ce qui va vous permettre de réussir à ce poste…

 

Dernier point essentiel pour l’entretien d’embauche quand on est autodidacte : jouer sur sa différence et n’avoir aucun complexe. Comme nous aimons le répéter chez Jaipasleprofil votre différence est une force et il convient donc de la mettre en avant et non pas d’essayer de l’effacer. Si le recruteur vous a fait venir en entretien c’est justement car votre profil différent l’a intéressé : mettez donc en avant ce qui vous permet de sortir du lot des candidats avec un profil plus standard.

Si vous avez besoin de conseils supplémentaires pour votre phase de recherche (CV, entretien, lettre de motivation…) vous pouvez vous rendre sur le site de PowerMyCV.